Bagels classiques à dévorer avec du Creamcheese

PB110009

J’ai du acheter mon livre de Bagel, il y a environ 6 mois, à un de mes retours de New York. Malgré, les nombreuses fois où je l’ai regardé, je n’ai jamais osé me lancer, de peur de me rater et aussi un peu de me retrouver avec une bonne dizaine de bagels pour moi toute seule.

Un jour, T. se dit tout simplement : « J’ai envie de bagels, et si j’en faisais? » et il se lance. J’aime l’enthousiasme avec lequel il se lance dans des idées parfois un peu saugrenues. Pour le coup, ce n’était vraiment pas une mauvaise idée, d’autant plus que comme vous pouvez le voir, ils étaient plus que réussi. Grillés, avec de la confiture ou du miel, ils nous ont fait quelques petit déjeuner et bien cachés au fond d’une boite ils se sont bien conservés (environ 3-4 jours il me semble).

L’opération bagel a été pas mal facilitée par un de nos derniers jouets, à savoir le KitchenAid (dont je rêvais depuis bien deux ans, vive la liste de maiage!) parce que la pâte à bagel, ça doit pas être de la tarte à pétrir à la main. Faisable donc mais il vaut mieux savoir à quoi on s’attend… et possiblement avoir quelqu’un pour nous relayer si cela devenait trop dur.

Avant de vous donner la recette (qui est longue mais au final pas si compliquée d’après T.), je vais juste vous présentez la manière dont T. préfère les bagels et qui est aussi une des seules façons de me faire manger et apprécier le saumon fumé. Si vous avez pas envie de faire les bagels maisons, vous pourrez toujours les acheter tout faits et juste les préparer.


Il vous faut donc :
– 1 bagel coupé en 2 et grillé
– du creamcheese (Philadelphia, Saint-Morêt ou autres assimilés)
– 1 tranche de tomate
– 1 tranche d’oignon rouge
– 1 tranche de saumon fumé

Pour les plus courageux, voici donc la recette issue du livre Bagels comme à New York, Marc Grossman :

Pâte pour 10 bagels :
– 750g de farine T55
– 1 cuillère à café de levure instantanée (T. a utilisé de la levure de boulanger que l’on trouve dans les supermarchés)
– 4 cuillères à café de sel
– 380ml d’eau tiède
– 2,5 cuillère à soupe de mélasse ou de sirop de malt (avantageusement remplacé par du sucre roux à défaut d’avoir ce qu’il fallait)
– 30ml d’huile d’olive
– 1 pincée de farine de maïs
– beurre (pour beurrer la plaque)

Liquide de pochage :
– 3 litres d’eau
– 1 cuillère à soupe de fécule de pomme de terre
– 1 cuillère à soupe de cassonade
– 2 cuillère à soupe de sel

Mélangez les ingrédients secs (farine, sel, levure instantanée) et les ingrédients liquides (eau tiède, sucre roux, huile) chacun de leur côté. Ajoutez ensuite les ingrédients liquides dans le mélange à base de farine et mélangez bien jusqu’à ce que tous les ingrédients secs soient incorporés.

Pétrissez énergiquement la pâte pendant 10 minutes (ce temps est plus court avec une machine capable de pétrir la pate à bagel qui est très dense). A la fin la pâte doit être homogène et brillante; elle reprend sa forme lorsque vous y enfoncez légèrement un doigt. Divisez la pâte en 10 portions égales (T. a utilisé la balance électronique pour plus de précision). Écrasez et formez des boules lisses bien rondes.

Avec les paumes des mains, aplatissez et étirez les boules de pâte. Les faconner en forme de boudin de 25cm de long. Enroulez un boudin autour de la main. Aplatissez l’une des extrémités du boudin pour lui donner une forme de capuche. Envelopperzl’autre extrémité avec cette « capuche » et pincez pour sceller. Pressez et roulez le boudin pour en lisser les jointures. (Franchement c’est une technique à acquérir, T. m’a laissé l’aider lorsqu’il en a refait et pendant qu’il formait 8 bagels, j’en ai fait 2… no comment)

Disposez les bagels sur une surface huilée (feuille de papier sulfurisé beurrée saupoudrée de farine de maïs, pour notre part, pour faire d’une pierre de coup pour la cuisson) et recouvrez d’un torchon propre. Laissez lever pendant 1 à 2 heures à température ambiante jusqu’à ce qu’ils aient gonflés.

Préchauffez le four à 225°C. Pendant ce temps vous allez pochez les bagels.
Mélangez 1 cuillère à soupe de fécule de pomme de terre dans 250ml d’eau froide. Dans une grande casserole, versez le reste d’eau et les autres ingrédients du pochage, ajoutez le mélange d’eau et de fécule, puis portez à forte ébullition. Baissez le feu pour que l’eau frémisse, puis plongez délicatement les bagels sans en mettre trop à la fois (ils doivent pouvoir remonter à la surface sans être gênés). Au bout d’une minute environ, retournez les bagels. Laissez-les dans l’eau frémissante pendant encore 30 secondes. Sortez les de l’eau à l’aide d’une écumoire et posez les sur la plaque de cuisson préparée.

Parsemez les bagels humides de garnitures (graînes de sésame ou de pavot pour rester dans le classique). Baissez la température du four à 215°C et enfournez pour 20 à 25 minutes. Vérifiez de temps à autre que le dessous des bagels ne brûle pas. S’ils commencent à bruler remontez d’un cran la plaque du four (T. l’a placée au milieu et n’a pas eu de soucis mais en même temps tous les fours sont différents).

A la sortie du four, placez les bagels sur une grille pour les faire refroidir.

Laisser un commentaire